Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pascal Delenin

Blog de Pascal Delénin... mes petits post'it: voyages, recettes, découvertes, art de vivre, culture.

Publié le par DELENIN
Publié dans : #RANDONNEE
LE PLAISIR SIMPLE DE LA MARCHE

Par Pascal DELENIN

Je pratique la marche et la randonnée de façon régulière depuis plusieurs années. Je vous livre ici une courte réflexion sur le plaisir de la marche qui a été régulièrement magnifié dans la littérature…

Randonneur, j’éprouve toujours une émotion particulière lorsque je me mets « en marche ».

Admirer un magnifique point de vue, apprécier un ruisseau rafraîchissant, contempler quelques ruines qu’elles soient chargées d’histoire ou plus modestes...

Le long des haies, dans les chemins creux, en haut des falaises surplombant la mer, sur la plage ou dans un marais…

…Voilà ce qui m’attend…voilà ce qui saura s’offrir à moi sur le sentier… Voilà ce qui m’apportera plaisir des sens, bien-être, ressourcement…

Nul n’est besoin d’aller très loin, comme l’écrivait Rudyard Kipling : « Éloignez-vous à un jet de pierre sur la droite ou sur la gauche de cette route bien entretenue sur laquelle nous marchons, et aussitôt l'univers prend un air farouche, étrange »...

Je fais doucement connaissance avec le sol que je foulerai et qui me portera pendant le temps où je marcherai. Comme l’écrivait R. L. Stevenson dans « Voyage avec un âne dans les Cévennes » :

« sentir sous ses pieds le granit terrestre avec, par endroits, le coupant du silex. »

Souple, herbeux, sableux, caillouteux, rocheux… il conditionnera pour partie les impressions que j’aurai pendant la marche. Ses variations m’apporteront autant de sensations subtiles …

J’emprunte le circuit que je me suis fixé ; mon pas me mène à bon rythme, décidé mais sans précipitation… que le terrain soit plat ou escarpé…

Raisonnent en moi et m'apparaissent comme une évidence profonde ces quelques phrases de David le Breton dans son livre « Marcher. Éloge des chemins de la lenteur » :

« La marche est ouverture au monde. Elle rétablit l'homme dans le sentiment heureux de son existence. Elle plonge dans une forme active de méditation, sollicitant une pleine sensorialité. On en revient parfois changé, plus enclin à jouir du temps qu'à se soumettre à l'urgence prévalant dans nos existences contemporaines. »

Moment heureux, moment précieux que celui où je marche…

Seul, pour mieux me retrouver avec moi-même dans l’apaisement je fais mienne cette citation de Stevenson : « Pour être appréciée à sa juste valeur une randonnée pédestre devrait être entreprise seul. La marche à plusieurs, ou même à deux, n’a plus de randonnée que le nom ; c’est quelque chose d’autre, qui ressemble à un pique-nique. Une randonnée pédestre devrait être entreprise seul, parce que la liberté en est l’essence. ».

Quelques précautions avant de partir : j’ouvre mon sac à dos pour vérifier les quelques éléments matériels obligatoires. La gourde avec suffisamment d’eau est là, quelques grignotages pour se donner des forces aussi… une casquette pour se protéger du soleil ou d’une averse imprévue… la carte traçant l’itinéraire pour l’instant encore abstrait est là également…le téléphone portable avec sa batterie rechargée, un couteau de poche, une boussole ou un GPS…des vêtements et des chaussures adaptés…Physiquement je suis en forme …Tout est parfaitement huilé … je peux y aller …

Pascal DELENIN

Voir les commentaires

Publié le par Pascal Delenin
Publié dans : #LANDES
Un milieu préservé à apprécier : le Courant d’Huchet (Landes)

Le courant d'Huchet serpente entre les communes de Léon et de Moliets-et-Maâ avant d’adopter un trajet vers le sud plus rectiligne derrière le cordon dunaire pour se jeter dans l’Atlantique.

Le site a été visité au début du XXème siècle par le poète italien Gabriele D'Annunzio qui dans le recueil poétique Le Tryptique, poèmes de la Côte d’Argent donne une vision exotique et extraordinaire du lieu où “tour à tour le Brésil, le Tonkin, puis l’Afrique défilent sous nos yeux en un rêve exotique, parmi sables, marais, lianes et roseaux”.

Le départ de la randonnée se fait au lieu-dit Pichelèbe sur la D 328 (parking) au nord de Moliets-et-Maâ. La maison de la réserve permet d’obtenir le topoguide de la randonnée également visible sur un panneau informatif (http://www.reservenaturelle-couranthuchet.org/).

Son cours permet de faire sur environ 15 km (boucle) une randonnée riche en milieux diversifiés, traversant tour à tour la forêt landaise, les marais, les tourbières et le cordon dunaire. Son embouchure conserve un caractère sauvage car c’est la seule de la Côte Aquitaine à ne pas être stabilisée.

Cette randonnée permet la découverte des paysages très variés de cette réserve naturelle instaurée en 1981. Les itinéraires indiqués par des panneaux avec des flèches gravées du logo vert des réserves naturelles ont été récemment modernisés et rendus plus lisibles et plus attrayants. S’y ajoutent le logo bien connu du tracé landais du chemin de Saint Jacques de Compostelle qui se superpose sur une partie du parcours.

Un observatoire à l’extrême nord du marais du Lignot permet d'observer une faune avicole très diversifiée au fil des saisons (aigrette garzette, busard cendré, grand cormoran, martin-pêcheur, râle d'eau, sarcelle d'hiver, etc...)

Parmi la végétation, la présence de cyprès chauves est remarquable. Cette espèce exotique pouvant vivre 600 ans est originaire du sud est des Etats Unis a été introduite ici, reconnaissable à ses curieux « pneumatophores »…

Les chênes liège sont visibles le long de cette randonnée dont un spécimen monumental datant de plus de 400 ans.

(voir lien http://www.monumentaltrees.com/fr/fra/landes/leon/4498_courantdhuchet/)

Il faut aussi citer comme curiosité botanique la châtaigne d’eau présente au Lac de Léon.

Alternative à la randonnée à pied, le parcours en galupe, barque à fond plat locale permet de se trouver transporté d’un seul coup sous les frondaisons d’une forêt-galerie luxuriante digne de l’Amazonie ou des bayous de Louisiane (http://www.bateliers-courant-huchet.fr/presentation.php).

Il faut compter environ 3 h à 3 h 30mn pour la totalité de la ballade (côté Etang de Léon et côté Océan) qui s’effectue sur sol praticable mais sableux…

<strong>Pascal Delenin</strong><strong>Pascal Delenin</strong>

<strong>Pascal Delenin</strong>

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog