Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pascal Delenin

Blog de Pascal Delénin... mes petits post'it: voyages, recettes, découvertes, art de vivre, culture.

Publié le par DELENIN
Publié dans : #FRANCE
La chouette de l’église Notre Dame de Dijon

Sur le côté nord de l'église Notre Dame, rue de la Chouette, le contrefort d’une chapelle datant de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle porte à environ deux mètres de hauteur une petite chouette sculptée. Très usée, et très patinée, il n’en subsiste aujourd’hui que la forme générale. En effet, les Dijonnais ont coutume de la caresser de la main gauche, en formant un vœu et en espérant qu’il soit exaucé.

De nombreux étudiants ont pu en constater (...ou non !) les bénéfices à la période des examens.

Dans l’Antiquité, la chouette symbolise Athéna, déesse des arts et de la sagesse. Elle personnifie la ville d'Athènes qui bat monnaie à son image et son effigie se retrouve de nos jours sur la pièce grecque de un euro.

Au Moyen Âge, le destin de cet animal est plus tragique puisque on la cloue devant sa porte pour conjurer le mauvais sort.

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer l’origine de la petite chouette de Dijon. Certains ont vu en elle l'image du Christ pour qui les hommes ne sont que ténèbres. Placée du côté nord de l'église, face sans soleil ni lumière et à l'extérieur du lieu saint d'autres en ont fait le symbole des juifs qui vivaient dans les ténèbres aux yeux des chrétiens et qui faisaient commerce de l’argent dans le voisinage de l'église. Peut-être est-elle plus simplement la signature d’un compagnon qui a participé à l’édification de l’église.

En tout cas cette petite chouette est l'une des marques les plus attachantes de la ville de Dijon.

Texte et photo Pascal DELENIN

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #HONGRIE

Tout d’abord il faut dissiper une confusion…

En Hongrie le goulash est une soupe et non le plat de viande que nous avons coutume de nommer ainsi ! Le plat habituellement réalisé avec de la viande de bœuf qui nous intéresse est en fait le MARHAPÖRKÖLT…mais dans la cuisine traditionnelle hongroise, il existe de nombreuses autres variétés de pörkölt à la viande de porc, au poulet, au lapin, et aussi au gibier. Enfin une dernière variété est le pörkölt </em>de tripes, appelé pacalpörkölt ( pacal étant le mot hongrois pour désigner les tripes). Le terme pörkölt signifiant quant à lui simplement "grillé ".

Donc …maintenant tout est clair (ou presque) pour notre recette ...vörösboros : vin rouge car il entre dans la composition de la recette, et marhapörkölt : …boeuf grillé... d'où le titre de l'article, pour notre fameux "goulash".

Ingrédients pour 4 personnes

1 kg de bœuf environ (paleron, macreuse), bref... de la viande pour un "bourguignon"

800 g de pommes de terre grenaille (quantité indicative, selon la faim)

farine (bien que pour les puristes la recette n'en prévoit pas, mais elle aide à lier la sauce)

500 g d'oignons rouges

500 g de coulis de tomates (1 gros Tétrabrik Heinz ou Tomatocoulis Panzani) ou 1 boite de tomates entières pelées au jus

1 petite boite de concentré de tomate

2 gousses d'ail

2 poivrons verts

5 cuillères à soupe d'huile d'olive et du beurre

2 cuillères à soupe de paprika doux (il faut prendre la variété "édes" qui est très doux ; il faut savoir que la variété "élédes gulyás" est demi-doux, le paprika le plus fort étant la variété "erős").

1 petit piment de Cayenne (... j'ai bien dit : "petit" !)

1 verre de vin rouge

2 cuillères à café de carvi ou à défaut de cumin (en graines et non moulu)

persil

1 tablette de bouillon Kub dans 1 demi-litre d’eau chaude

sel et poivre du moulin

Recette

Taillez le boeuf en cubes et farinez-les. Pour bien les fariner, enfermez les morceaux de viande dans un sac en plastique avec 2 ou 3 cuillères de farine et secouez pour bien répartir sur la viande.

Pelez et hachez les oignons. Ecrasez les gousses d'ail. Lavez, épépinez et taillez finement les poivrons verts en morceaux. Dans une cocotte, faites chauffer à feu moyen l'huile d'olive avec le beurre à faire fondre. Faites y blondir les oignons. Ajoutez la viande farinée et faites-la bien colorer. Ajoutez le coulis et le concentré de tomate, l'ail écrasé et le paprika. Ajoutez également le vin rouge et une partie du bouillon réalisé avec le "bouillon Kub". Salez et poivrez.

Complétez par le carvi ou le cumin et le persil.

Incorporez ensuite les poivrons et versez le reste du bouillon.

Couvrez et laissez mijoter environ une heure. Ajoutez ensuite les petites pommes de terre qui vont cuire dans le plat pendant encore au moins une heure. Avec la sauce elle prendront une belle couleur ambrée.

Vérifiez l'assaisonnement.

Servez bien chaud et parsemez un peu de persil sur les assiettes.

Bon appétit ...

Mennyeien finom ! en hongrois ( = divin et délicieux !)

Texte et photos Pascal DELENIN

Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette. Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette. Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette.
Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette. Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette. Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette.
Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette. Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette. Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette.

Le paprika...épice indispensable pour ce plat ... les différentes étapes et le résultat final dans l'assiette.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog