Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pascal Delenin

Blog de Pascal Delénin... mes petits post'it: voyages, recettes, découvertes, art de vivre, culture.

Articles avec #espagne catégorie

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE

 

 

 

Le parc du Retiro, le plus vaste de Madrid avec ses 120 hectares comporte de nombreux points d’intérêt mais il sert surtout d’écrin au palais de Cristal, vestige de l'exposition coloniale de 1887. Cet édifice conçu afin de servir de serre pour le pavillon des Philippines avait été construit sur des plans de l'architecte Ricardo Velasquez Bosco. Composé de métal qui constitue son armature et de verre il est souvent comparé au Crystal Palace de Londres construit en 1851 pour la Great Exhibition, même si la silhouette des deux bâtiments est assez différente et que l’analogie tient surtout aux matériaux employés. L'édifice madrilène est plus gracieux que ce que nous montrent les documents sur le palais londonien disparu en 1936.

Mis en valeur par un étang creusé devant la façade principale, le Palais est également valorisé par les jeux de lumière des rayons du soleil qui donne toute sa magie à ce lieu, surtout les jours de grand soleil quand la réfraction solaire créé les halos du spectre de la lumière. La porte principale néoclassique comporte un portique à colonnes et le sous-bassement est orné de frises de faïence d’un bel effet.

Texte original et photos Pascal DELENIN

El "Palacio de Cristal" -  Parque del Buen Retiro (Madrid)El "Palacio de Cristal" -  Parque del Buen Retiro (Madrid)El "Palacio de Cristal" -  Parque del Buen Retiro (Madrid)

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE

Par Pascal DELENIN

J’aime me promener sur les marchés des villes que je visite car le cœur de la cité y bat dans toute son authenticité. Que ce soit la Boqueria de Barcelone, le marché du Rialto à Venise, le Központi Vásárcsarnok de Budapest ou Wazemmes à Lille, j’aime ces lieux vivants et vrais où l’on peut déguster quelques spécialités, flâner, prendre un verre…

Madrid où je vous conduis offre deux de ces lieux qui m'ont charmés par leur authenticité: le mercado San Miguel et le mercado Anton Martin.

Le marché San Miguel est représentatif de l’architecture de verre et de métal, emblématique de nombreux marchés couverts du XIXe siècle et du début du XXème. Sa construction, sous la direction d'Alfonso Dubé y Díez, s'est achevée en 1915.

Situé en plein centre touristique de Madrid, près de la Plaza Mayor, sa localisation sur la place San Miguel en fait l'un des points les plus animés de Madrid.

Le marché San Miguel, abrite une trentaine de commerces et est une véritable vitrine de la diversité gastronomique de l'Espagne ; ses horaires d’ouverture élargis en font aussi un endroit idéal pour la flânerie, de jour comme de nuit, où l’on vient déguster de merveilleuses tapas, soit au comptoir soit debout en pleine rue selon l’affluence.

Le marché d'Antón Martín situé dans le quartier de Chueca est peut-être moins touristique que celui de San Miguel mais c’est aussi un lieu plein d’authenticité. Ce marché moderne a été rénové en 2011, et est divisé en trois étages.

La modernité de ses installations et la qualité de ses produits sont les principaux attraits qui poussent les visiteurs à venir y faire leurs courses,

Offrant de délicieux produits et d'excellentes matières premières, c’est l’endroit idéal pour acheter des produits typiquement espagnols, que ce soit de la viande, des fruits et légumes, du poisson ou des fruits de mer. S’y promener au milieu des produits de saison est un véritable plaisir.

Texte original et photos Pascal DELENIN

.

marchés de Madridmarchés de Madridmarchés de Madrid
marchés de Madridmarchés de Madrid
marchés de Madridmarchés de Madridmarchés de Madrid

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE

Par Pascal DELENIN

En Galice, au sud de Vigo, et à la frontière du Portugal, près de la localité de A Guarda se trouvent les ruines de Castro de Santa Tegra ou Santa Tecla, sur le mont qui porte le même nom. Il s’agit d’une ancienne colonie celtique comptant des dizaines d'habitations aux murs de pierre, datant du second au premier siècle avant JC.

Les ruines dominant l’Atlantique offrent une vue spectaculaire vers le sud sur le Rio Miño et sur le Portugal.

Le site a été redécouvert en 1913. Seule une partie des ruines a été dégagée, montrant des maisons circulaires, des magasins, des ateliers, des cours et des greniers, des fossés d'eau de pluie et des réservoirs. C’était un important centre de contrôle du trafic maritime le long de la côte et en amont du fleuve.

La population qui a vécu là devait constituer une communauté de 3000 à 5000 personnes.

Il s’agissait de Celtes de la tribu des Grovii. Cette tribu vivait selon un mode autarcique. Ils élaboraient des bijoux, des tissus, des poteries, et les divers instruments dont ils avaient besoin et que l'on peut voir au musée archéologique qui a recueilli les objets résultant des fouilles.

Texte original et photos Pascal DELENIN

Santa Tegra : reconstitution - site - panorama Santa Tegra : reconstitution - site - panorama
Santa Tegra : reconstitution - site - panorama Santa Tegra : reconstitution - site - panorama

Santa Tegra : reconstitution - site - panorama

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE
L'astronaute de Salamanque

Salamanque superbe ville de Castille et Léon abrite la plus ancienne université d’Espagne et compte deux cathédrales : la Catedral Vieja et la Catedral Nueva.

La construction de cette dernière a commencé en 1513 pour se terminer en 1733. Sa construction a duré 220 ans, d'où la variété des styles qu'on y rencontre : gothique, Renaissance et baroque… mais un détail amusant et insolite date de la rénovation de l’édifice en 1992.

Les sculpteurs chargés de la restauration ont repris une vieille tradition qui permet de signer son travail et ils en ont profité pour ajouter sur le pilier gauche d’une des portes quelques sculptures incongrues comme ce très surprenant astronaute en scaphandre et un singe tenant un cornet de glace à deux boules …

Ce n’est qu’un détail anecdotique mais qui mérite le détour après avoir visité la cathédrale ainsi que l’incontournable Casa de las Conchas construite à la fin du XVe et la superbe Plaza Mayor datant du XVIIIe siècle.

Texte et photos Pascal DELENIN

cathédrale de Salamanque - Espagne

cathédrale de Salamanque - Espagne

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE
Les Pintxos ...

Les Pintxos

Article de Pascal DELENIN

Si vous allez à Saint Sebastien … (pardon à Donostia en basque) vous devez déguster les pintxos ! Incontournable !

Dire que les pintxos basques sont comme des tapas « en mieux » est sans doute un raccourci… mais il y a probablement quelque chose de vrai dans cette affirmation.

La cuisine basque est peut être la meilleure d’Espagne. Beaucoup parmi les meilleurs chefs cuisiniers espagnols viennent du Pays Basque…même s'il est bien sûr exagéré de dire que tous les propriétaires de bar basque sont des chefs cuisiniers.

Si les Espagnols sont généralement très fiers de leur propre région, même les Andalous ou les Madrilènes reconnaissent volontiers que les pintxos basques sont meilleurs que les tapas en Espagne.

Les pintxos se trouvent partout dans toutes les villes comme Vitoria ou Bilbao, mais les pintxos de San Sebastian sont réputés être les meilleurs du Pays Basque.

Les Pintxos sont selon l'expression, des «finger food», beaucoup plus que les tapas. Souvent ce sont de véritables plats traditionnels en miniature. Ils sont pris comme apéritif accompagné d'un verre de txikito (vin rouge) ou d’un zurito (la moitié d'un demi-verre de bière).

Une des particularités des bars à pintxos est que vous n'avez pas à passer la commande, vous les prenez directement en self-service sur le comptoir qu’ils inondent de couleurs et de saveurs.

A côté de ceux qui sont servis sur une tranche de pain, existent aussi des fritures de poissons ou de légumes, des mini-brochettes sur des petites piques en bois appelées palillos, des txistorra (mélange de viande hachée de porc assaisonnée avec ail, sel et paprika qui leur donne cette couleur rouge caractéristique)… Les pintxos basiques ont évolué et atteignent des sommets culinaires insoupçonnables. Une grande inventivité règne dans la cuisine basque et de nouveaux pintxos sont inventés chaque jour. Régulièrement sont organisés des concours où les mélanges d'ingrédients en étonnent plus d'un par leur imagination.

Je vous donne une recette très simple :

Champignons farcis façon pintxos par Pascal DELENIN:

Il vous faut :

Quelques têtes de champignons blancs à farcir de beau diamètre, des lanières de piquillo et des petits dés de Serrano. Quelques brins de romarin.

Dans une poêle faire revenir piquillos et serrano dans l’huile d’olive. Réserver au chaud. Dans la même poêle faites revenir les champignons dessus-dessous. Lorsqu’ils sont bien cuits farcir les champignons avec les lanières de piquillo et de Serrano. Une branche de romarin pour la décoration. Un peu de sel, un peu de piment d’Espelette en poudre. Déguster chaud.

A vous d'en inventer d'autres, ou mieux : allez les goûter dans les ruelles de San Sebastian...

gozatu zure bazkari ! (= bon appétit !)

texte et photo (baie de San Sebastian) Pascal DELENIN

Les Pintxos ...

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE
COMBARRO et ses horreos

Par Pascal DELENIN

Bonjour ! Je m’appelle Pascal DELENIN.

J’aime l’Espagne passionnément et je vous propose de faire une incursion dans la province de Galice, à Combarro…

S’il est un village des Rías Baixas en Galice qui reste encore préservé d’un tourisme de masse c’est le paisible village de Combarro. Il mérite plus que les courts entrefilets des guides touristiques, mais c’est sans doute le juste prix de sa tranquillité.

Il a su préserver le charme de ses maisons de pêcheurs traditionnelles avec leurs arcades étroites et leurs balcons de granite et de bois.

Mais ce village permet surtout de voir un des éléments architecturaux traditionnels du patrimoine rural de Galice, les « hórreos », anciens greniers à grains datant du XVIIIe et du XIXe. Construits en granite, ils reposent sur des pilastres, et la pierre de coiffe (tornarratos) en haut de chaque pilier (pies) est taillée en débord pour faire barrage aux rongeurs. Ces piliers sont posés sur le sol par une base plate (tornaformigas).

Certes nous sommes ici en terre ibérique, galicienne mais aussi de culture celte et de granite. On sera frappé par les analogies de cette région avec notre Bretagne dans les constructions, les clôtures de champs et les paysages.

A toiture à double pente, les épis de faîtage soit souvent ornés d’une croix de pierre (adornos).

Des fentes d’aération entre les blocs de granite, (remplacés parfois ici ou là par des planches de bois) sont ménagées afin de permettre la ventilation.

Ces clairevoies sont parfois artistiquement travaillées d’un graphisme simple. La porte d’ouverture est sur le petit côté en pignon et on y accède par un escalier de quelques marches de pierre dont la plus haute est non jointive à la construction toujours pour en protéger le contenu des attaques des rongeurs.

En bordure du Ria de Pontevedra, ils sont près d’une trentaine sur la soixantaine existant à Combarro.

Leur architecture simple différencie les hórreos de cette région de ceux des Asturies, plus grands, de forme carrée et dont la structure est en bois.

Dans ce village on ne manquera pas de s’attacher également à contempler les calvaires qui se dressent sur les placettes ou à l’angle des rues, et dont la singularité est que la figure de la Vierge est toujours tournée vers la mer, et celle du Christ vers la terre.

COMBARRO et ses horreosCOMBARRO et ses horreos

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE
CUDILLERO

Par Pascal DELENIN

Bonjour ! Je m’appelle Pascal DELENIN.

J’aime l’Espagne passionnément et je vous propose de partager cette visite dans un petit port des Asturies qui a su préserver une part d’authenticité…

Invitation à la découverte et au dépaysement…

Voilà Cudillero dans son amphithéâtre !

Encerclé par des falaises très abruptes qui lui font comme un écrin…

Ses maisons blanchies à la chaux et aux toits de tuiles brunes sont accrochées à la pente escarpée de ses collines, et descendent jusqu'au petit port de pêche niché entre deux pointes rocheuses. Depuis l'extrémité de la jetée, la vue sur le port est magnifique.

Vous aimerez comme moi flâner sur le port, au milieu des filets qui y sèchent en attendant d’être ramendés.

Le pittoresque marché à la criée (lonja de pescado) aux murs blancs rehaussés de bleu, trône au bas du village où les restaurants et les tabernas occupent la petite placette pavée sur le port.

Peu de ruelles dans ce village mais des escaliers pentus qui permettent de passer d’une maison de pêcheur à l’autre à l’extérieur desquelles sèche sous les auvents la morue qui permettra de confectionner les diverses recettes de bacalao, plat emblématique de la région…

Si ce petit havre est fréquenté par les touristes, il l’est surtout par les Espagnols et reste encore assez peu connu en dehors de l’Espagne.

Les habitants de Cudillero sont connus comme étant les « pixuetos » (de pix = poisson) et certains dans leur parlé ont préservé l’idiome ancestral propre au village.

Ce petit port de pêche des Asturies aurait été créé par les Vikings lors de leurs raids en Biscaye. Ils s’y seraient installés en profitant de la situation privilégiée et du relief escarpé. On ne sera pas surpris aujourd'hui de croiser à Cudillero des personnes aux yeux bleus, aux cheveux blonds, à la peau rose et au type scandinave....

Cudillero est pour moi un endroit privilégié encore un peu hors du temps parmi les plus beaux par sa simplicité et dans son authenticité.

Photos et texte Pascal DELENIN

Filets...Morue qui sèche... tout y est encore authentique
Filets...Morue qui sèche... tout y est encore authentiqueFilets...Morue qui sèche... tout y est encore authentique

Filets...Morue qui sèche... tout y est encore authentique

Voir les commentaires

Publié le par DELENIN
Publié dans : #ESPAGNE

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog